Première version publiée :
et version carrée : ici
Merci de vos retours




bolerophoto

Ça vous gratouille ou ça vous chatouille
37 Commentaires
  1. Même pas peur des coups de bâton … niers.
    Heureux photographes Parisiens qui disposent d’une infinité de portes d’immeubles sources d’une infinité de scènes à saisir.

  2. Une entrée d’immeuble massive (et sérieuse), une jeune fille frêle et insouciante, une belle composition !

  3. Bonjour,

    Mine de rien et sans en avoir l’air, AMB nous gratifie du petit détail qui fait la différence : le petit clin d’œil à Apple (à droite).

    😉

    À bientôt.

  4. Merci à vous trois !
    @ Monsieur HR = Moi qui comptais bientôt m’installer en province, vous venez de prolonger mon bail pour l’hiver !
    😀

    @ corto 44 = Je ne sais pas si le terme composition n’est pas un peu surévalué pour cette photographie…
    C’est un instantané de rue et comme j’ai senti que la scène, que je pressentais belle, allait m’échapper, je suis monté sur le trottoir en toute hâte à bicyclette et ai déclenché au jugé…
    🙂

    @ JMLG = Un petit clin d’œil au droit à l’image, aussi, légèrement plus haut et plus au centre…
    😆

  5. AMB : le patronyme des avocats ? Si c’est ça, je l’avais aussi remarqué. A propos de “vélo”, tu prépares des scènes de rue pour l’arrivée du Tour de France ?

    Une photo virevoltante tout comme les conditions de la prise de vue.

    😉

    À bientôt.

  6. Ce serait façon de parler !
    😉

    La bicyclette m’intéresse en tant qu’utilisateur lassé de la pollution, de l’agressivité et du stress engendrés par la locomotion motorisée dans les villes.
    Mais “le Tour” auquel tu fais allusion, et notamment son arrivée avec sa cohorte de stands publicitaires et son cortège de nuisances, correspond-il vraiment à l’idée de circulation douce associée au vélo ? Sans parler du dopage systématique que justifie malheureusement ce type de cyclisme…
    Merci de ton intérêt pour cette photo.

  7. AMB

    Merci pour le lien. Une photo de BH que j’avais fort apprécié à l’époque avec son côté un peu burlesque.

    Si tu savais ce que je pense de ce carnaval récurrent du mois de juillet, mes propos seraient censurés.

    Enfin, heureux de lire que tu “prolonges ton bail pour l’hiver”. Moi qui habite dans le fin fond de la campagne, tes photos sont autant d’ouvertures sur la ville.

    À bientôt.

  8. @ JMLG = 🙂
    J’ai l’impression que la plaque gèle un peu le flux des commentaires. Je me demande si on va pas la dévisser !
    😀

  9. Le ton clair de la partie droite et la plaque sombre attirent trop l’œil, passé la porte et la fillette… il y a un centre d’intérêt de trop à mon avis… un carré avec seulement un petit bout de plaque ?

  10. AMB : la dévisser avec ton couteau “suisse” ? 😉

    Au contraire, non seulement la plaque est là et il n’y a aucune raison de l’enlever, mais elle participe à une histoire. Si on “l’enlève”, je n’en ai plus la même lecture…

    Je trouve que cette plaque apporte une note de gravité à cette image de l’enfance “virevoltante”.

    A bientôt.

  11. @ jb81 = Dans le droit fil de ma dernière réponse, voici une deuxième proposition qui, je pense, reprend certaines de vos impressions, à la fois par le carré et par des petites modifications de tonalités sur ce pas de porte dansant.
    Merci de votre avis…
    🙂

    @ JMLG = Ah mais c’est ou tout l’un ou tout l’autre, on ne fait pas les choses à moitié !
    😀

  12. AMB

    Evidemment, nous voilà dans le vif du sujet mais avec frustration quand on a vu la version originale. 😉

    Du coup, et en plus de la plaque, j’aimais bien aussi cette petite pomme à droite… Je trouvais qu’elle symbolisait bien une part d’enfance : “Croquer la vie à pleines dents”.

    A bientôt.

  13. Encore une photo pleine de vie, et très stylée.
    Les deux cadrages correspondent à des lectures différentes, qui sont toutes deux intéressantes.
    Dans le cadrage original, on perd en composition, mais on obtient une scène qui raconte une histoire, qui tire vers le cinéma (les parents divorcent, après avoir croqué la pomme ?).
    En carré, c’est le mouvement qui prime, et on reste charmé par la grâce de l’image.
    Il faut choisir ?

  14. Elles sont bien ces 2 photos !

  15. @ blagapart = Le vrai choix ne peut être que dans la nouvelle version, puisque les conditions de prise de vue ne m’ont pas permis de bien “loger” la pomme ni l’intitulé exact de la plaque…
    À ce propos, imaginons qu’il se fut agi d’un notaire ou d’un médecin spécialisé dans les voies respiratoires, l’histoire aurait donc été tellement différente ?
    Ah, comme il faut se méfier des plaques…
    🙂
    Pour la qualité d’édition et l’esthétique du noir et blanc, je pense aussi que c’est le carré qui est plus présent pour la traduction de cette micro scène de rue.
    Merci de votre commentaire.

  16. @ Monsieur HR = Décidément, les commentaires se croisent !
    Quoi que le plein format…
    😀

  17. Si j’ai bien tout compris, il n’y a pas de plan C. 😉

    En effet, et peu importe le contenu de la plaque. Elle nous aurait de toute façon embarqué dans le hall d’entrée.

    A bientôt.

  18. @ JMLG = Dès qu’Apple me remplace gratis un matériel hélas de moins en moins durable, je recolle le sticker en pole position ! Promis…
    😆

  19. AMB,

    Yes ! mais je réclamerai dès lors ma part du gâteau ou plutôt… de la pomme !!! et de mieux comprendre tes acrobaties vélocipédiques avant chaque prise de vue : coller vite fait et bien fait le fameux sticker… 😉

    A bientôt.

  20. Une plaque, un pomme, ça n’est pas grand chose tout de même à côté de cette grâce enfantine et joueuse. C’est là qu’est la photographie, le reste franchement…En tout cas la photographie initiale (même en couleur, voyez la concession!) est la vie elle-même. Coupée, l’image ne porte rien qu’une anecdote qu’on remarque à peine. Pfffff…

  21. @ François Cardi = Je comprends votre remarque dans le sens de : Il faut laisser vivre les instantanés, et je la partage dans la mémoire du temps où je ne participais pas aux débats de La Vie en Gris !
    🙂
    Merci de votre opinion.

    @ JMLG = Prescrivons le syndrome et laissons les pommes à l’Apple Store…
    😀

  22. Bonjour,

    Le reste, cher François, peut aussi évoquer une part de notre histoire. La dimension de l’émotion… elle existe avec la pomme, quand bien même sa présence serait futile voire anecdotique. Donc, non, pas balayer d’un revers de la main ce qui m’appartient un peu (oui) dans cette première version.

    Une question : êtes-vous complètement certain de cette “grâce enfantine et joueuse” ?

    😉

    A bientôt.

  23. @ JMLG, si j’ai écrit Pffff, ce n’était pas pour signifier un rejet par un revers de la main. Ca se voulait juste une réaction un peu enfantine: pffff…même pas mal. Mais vous savez bien ce que je veux dire, et amb aussi: garder le premier mouvement qui fait qu’on garde la spontanéité du sens du réel, ce que la photographie excelle à faire. Je me dis souvent qu’elle est la seule à pouvoir le faire à ce point. Alors pourquoi fuir cette capacité?
    Sur la grâce de la petite fille, elle me rappelle ces gestes si souvent vus dans la vie de mes filles (ou d’autres gamines), où elles se balancent d’avant en arrière, et le contraire, en tirant sur n’importe quel point d’ancrage. En voilà une bien belle image. Ca fait partie pour moi, maintenant, des belles images que je connais et dont je conserve la mémoire. C’est peut-être pour ça que j’ai laissé ce commentaire, amb …

  24. François

    A chacun évidemment sa lecture sur le fond. La mienne, concernant cette photo, s’inscrivant dans l’émotion immédiate. Quant à la forme, évidemment que nous sommes pleinement d’accord.

    AMB : tu pensais que la pancarte allait “geler le flux des commentaires”. 😉

    À bientôt.

  25. Rectificatif : il faut lire “la mémoire immédiate”.

  26. Le patronyme et le patrimoine.
    Bien, mais j’ai l’air de quoi , moi dans tout ça, avec mon fin commentaire initial sur les bâtonniers ?

  27. Ben quoi, Le Goff, c’est bien mon patronyme… 😉

    Monsieur HR : il y avait aussi le bâton… niais mais plus tendencieux. 😉

  28. @ JMLG = Oups, j’ai oublié de citer ce à quoi je répondais ! Il fallait lire : “tu pensais que la pancarte allait « geler le flux des commentaires »”.
    Le “patronyme”, pas la pancarte !
    🙂

  29. Une très belle composition, de beaux gris dans un carré réussi.
    Un seul petit regret j’aurais aimé voir le pied de la petite fille qui prend appui…

  30. @ Kora = Voilà une pointe habilement suggérée !
    😉

    @ François Cardi = En somme, c’est plutôt un bon pfff pour un carré plus anecdotique ! Le fait est que les deux versions tiennent malgré tout par ce pas de danse, focus ou plan large…
    😉

  31. Pfff… votre carré coupe l’élan de la petite fille et le nôtre par la même occasion, (manière d’entretenir le débat, bien sûr!)

  32. @ François Cardi = En plaçant les deux côte à côte, je me rends compte qu’il y a une différence de tons sur les deux silhouettes. La version plein format est aussi d’un cheveu plus lumineuse.
    Merci de l’intérêt porté à cette image.
    🙂

  33. Je suppose que c’est le mouvement de balancier que la petite fille donnait à la porte qui a attiré ton attention. Tu as bien capté son bras qu’elle utilise pour se pendre à la poignée. Mais je trouve dommage que le pied qui prend appui sur le bas de la porte soit coupé de façon peu esthétique. Aussi, le charme de cette attitude typiquement enfantine n’est pas vraiment restitué.
    Peut être ton oeil était-il trop attiré par la plaque que tu souhaitais inclure dans le cadre? La couleur de la pomme assortie à la robe a-t-elle aussi distrait ton attention?

  34. Perçant les mystères de l’ingénieux mécanisme de fixation de la plaque professionnelle — le patronyme ? —, voilà le plan C défendu par François Cardi, attendu par JMLG, et qui répondra, je l’espère à la dernière critique de Loïs !

    @ Loïs = Les petits défauts de cet instantané sont nombreux, et la focale du 28 mm ne fait rien pour arranger l’étrange déformation de ce filé à bicyclette. Le serveur de ma boîte mail est tombé en panne une partie de la journée, ce qui fait que j’ai découvert ton message alors que je venais d’apporter une petite correction en lien avec la remarque de Kora.
    Je te laisse donc découvrir, redécouvrir et comparer, bref rentrer dans le tourbillon de la vie de ce cliché !
    😀
    ——
    édit du 14 juin 2014, 9.24
    Toutes mes excuses à Monsieur HR aussi, dont le premier commentaire tombe à plat avec cette nouvelle présentation…
    😳

  35. @ Brigitte David = Je reçois ton MP qui reprend la partie du commentaire que tu m’avais adressé sous une photo d’Henri.

    Et ne sais trop quoi te dire. Le lien que je donne généralement envoie sur le site bolerophoto de blogspot. Il est possible d’y laisser un commentaire, tout en bas de chacun des cahiers mais, curieusement, j’en reçois très peu, alors que cet espace est bien visité. Je pense que cela est lié au fait qu’il y a désormais trop de photographies sur le cahier principal, À chaque jour sa buée, qui ouvre le blog.

    Afin de mieux utiliser les autres vitrines virtuelles, j’ai regroupé tous les liens menant à des espaces antérieurs, notamment les deux sites flickr, bolerophoto et stillbolero que tu mentionnes. Il est donc possible de pouvoir les atteindre par simple clic directement dans le descriptif de la page d’accueil de blogspot.com. Le problème est qu’il faut disposer d’un compte yahoo pour pouvoir commenter directement. En revanche, dans le profil, mon mail de contact commercial y est explicite, ainsi que sur le site d’excellence, alainmichelboley.wix.com/bolerophoto, où les commentaires sont aussi autorisés mais… n’apparaissent pas publiquement !

    Si nous ajoutons les publications sur le défunt blog du quotidien Libération et quelques autres choses encore du passé plus ou moins révolu, tu vois que je ne suis pas loin d’être saisi par la perplexité numérique que tu définis très bien. Parfois même j’en oublie les mots de passe d’accès ! Bref…
    😀

    Merci de ton intérêt.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.