Sans rien dire, sans penser à rien, sans dormir, Sentir la vie couler en moi comme un fleuve dans son lit, Et là dehors un grand silence comme un dieu qui sommeille
Fernando Pessoa




11 Commentaires
  1. Une série qui ne laisse pas de glace : splendide ! Avec un tirage impeccable, du très beau travail ! Mais il faut te dépecher, le printemps arrive !

  2. Absolument superbe,graphisme & qualité du tirage.
    Compliments.

  3. Encore une photo qui nous ferait presque regretter que le printemps soit là.
    Superbe!!

  4. Très belle série, ici l’impression d’un espace galactique.

  5. Superbe !
    Idem Hervé pour cette impression d’être perdu dans l’espace le plus profond.

  6. Sans aucune ressemblance graphique avec “L’auteur(trice)” d’Henri, mais de la même inspiration artistique…C’est très bien vu!

  7. Anonyme précédent=jb81

  8. L’imaginaire pris dans les glaces de la photographie? Ou le contraire?

  9. Pas de mots mais c’est bien beau!

  10. Formidable composition abstraite avec ces différentes textures.

  11. merci pour vos commentaires.
    il est vrai que la fin de l’hiver me désespère.
    Alors pour conjurer le sort, je chausse mes raquettes jusqu’à la dernière limite de la saison encore persistante dans les alpages. Partir tôt, grimper Haut , et s’émerveiller du printemps naissant.Les lacs d’altitude eux aussi se dégarnissent et laissent apparaître dans leur fragilité des gouilles où les fleurs jouent avec les glaces encore résistante.
    Je suis l’unique visiteur de ces lieux, et je savoure mon privilège à ce spectacle, qui, si je n’avais pas perdu la foi me rendrait aux cieux.
    J’ai accueilli quelques images offertes…
    Merci encore pour vos mots

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.