Louise Marquise

Louise Markise se déguise, et de fils en aiguilles, tisse une toile mêlée d’autoportraits et de poésie volée. Elle funambule entre le mot et l’image, entre la fantaisie et la nudité, les couleurs et les silences. Jeune adulte ou grande enfant, elle vit depuis cinq ans à Berlin.
4 Commentaires
  1. Un bon cru aujourd’hui. De la dynamique dans l’air! Très poétique…

  2. Le cadre très large m’incite à imaginer un saut dans l’azur.Du coup la pose me semble un peu ratatinée.
    Aussi, je verrais plutôt un cadre carré de 400×400 pixels pour centrer plus l’attention sur la cueillette du ballon.
    Sinon, est ce toujours un autoportrait?
    Si oui, Bravo pour le placement.

  3. > Merci Brigitte !
    > Oui Lois, autoportrait un jour, autoportrait toujours ! Pour le cadrage, ta remarque est juste, je vais essayer ça tout de suite…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.