Bernard Lvq

La photo, un regard au-delà des mots et un partage
31 Commentaires
  1. La première pour l’impression du “double”, très forte, l’impression et l’image.
    Je ne retrouve pas cela sur la deuxième où la peau brille de manière plus visible (maquillage mat nécessaire).

  2. Superbe jeu d’ombres, de clair et de sombre; la 2ieme photo est intéressante également mais cela ne m’apporte rien de plus à la mettre en parallèle à la première.

  3. Inquiétant ce visage noir qui m’évoque certaines affiches fascistes italiennes.

  4. Deux photos plutôt qu’une … dans le numérique, c’est souvent le problème : pléthore d’images d’où l’importance de savoir choisir ! Quelle photo présenter ? C’est d’abord au photographe de décider, avec le risque de s’exposer à la critique mais CHOISIR ! En ce qui me concerne, je n’aurai présenté que la première : composition, contraste et équilibre même si c’est un peu inquiétant et je rejoins en cela Hervé

  5. Les 2 sont superbes! Une petite préférence pour la 2 ème!

  6. Préférence pour la deuxième. Très beau portrait.

  7. Hervé et Estienne, c’est vous qui m’inquiétez… imagerie fasciste …. à vous de me montrer à quoi vous pensez.
    Pour moi j’avais plus à l’esprit des photos de Kertez, Paul Strand (et bien d’autres), un peu d’influence constructiviste ou de graphistes polonais de mes préférés.

    Estienne ce n’est pas du numérique au départ.
    Cette photo me plaît tellement depuis toujours que je trouve que je peux l’exploiter de différentes façons et je voulais les faire partager… aussi simple.
    Nous ne sommes donc pas dans la même logique de devoir choisir pour présenter UNE “œuvre”. Je veux faire partager mon plaisir en multiples facettes.

    Hervé pour ce que tu dis être brillance, moi je dirais mauvais traitement des pixels… je ne suis pas parti de l’original et à partir d’un certain moment çà “arrache” 😉

    Salut Patrick, content de te revoir et merci.
    Merci Brigitte.

    Paule, c’est vraiment le style de commentaire stérile qui n’enrichit en rien.
    La comparaison est très flatteuse car c’est une sacrée pointure ce Ralph Gibson.
    Faut-il ne plus refaire de portrait jouant avec l’ombre parce qu’un artiste l’a déjà fait à sa manière, en photo, en peinture, en gravure ?

    «S’il n’existait qu’une seule vérité, on ne pourrait peindre des centaines de tableaux sur un même sujet.» de Pablo Picasso

    Pour ton information illustre inconnue, je faisais une séance avec cette jeune femme, en fin d’après-midi, et il se trouve qu’à un moment elle s’est déplacé dans la lumière et comme je suis par nature un fêlé de tout ce qui touche aux ombres que ce soit pas éclairage naturel ou artificiel (cirque par exemple) …. le résultat est là.

    Maintenant si j’avais eu cette photo de Gibson en tête je ne l’aurais très certainement pas refaite car j’aurais eu trop peur de la comparaison.

    Maintenant elle est faite et remarque quand même que j’aurais pu la rater ma photo mais je dois dire que j’en suis plutôt fier.

  8. Hervé, Estienne, une troisième facette.

  9. @Bernard,
    Je ne vois pas en quoi la remarque de Paule est stérile! …

  10. En tout cas très abrupte dans sa formulation.Limite troll! 🙁

  11. Irène, pourquoi ?
    “Déjà vu” çà t’apporte quelque chose à toi ?
    Que veut-elle dire de plus ?

    D’accord avec Loïs, j’y ai pensé et je me suis retenu dans mon langage.

    Hervé, super, là c’est vrai que çà devient on ne peut plus angoissant !
    Maintenant comment as-tu transformer la dernière version 😉

  12. Je comprends que Bernard soit inquiet … Il pensait à Cieslewicz faisant les petites vignettes pour Elle et on lui renvoie l’angoisse , le fascisme…

  13. Oula Brigitte, Roman Cieslewicz, tu connais ?
    J’ai beaucoup aimé ce grand graphiste et aujourd’hui çà manque ce genre de visuels.

    Mais excuses-moi, de mémoire, les photos aux ombres marquées ce n’était pas vraiment son domaine, lui c’était plutôt les photomontages, collages, etc … dadaïsme 😉

  14. @Bernard Lv. Oui je connais son travail et je l’ai rencontré. Un grand bonhomme. Moi aussi j’aimais beaucoup.
    Si tu cherches, fin des années 60 ou début 70 il a travaillé pour Elle il avait fait des petites vignettes pour Elle, très noires et très blanches, très expressionnistes. Je ne sais pas s’il avait refait la maquette entière du magazine, mais je suis sure de ça… Je les ai en mémoire mais je ne saurais les décrire.
    Il m’avait offert une photo d’un de ses montages…une litho… etc…

  15. Brigitte .
    Tu as raison.
    Grand succès comme graphiste et DA, aussi bien en presse (Elle avec Peter Knapp à ses débuts, Vogue et Libération plus tard) qu’en publicité ou affichage culturel (Centre Pompidou), ne lui fera jamais perdre ses capacités critiques vis-à-vis de la société et de la politique.
    Il participera d’ailleurs au mouvement Panique cofondé par son ami Roland Topor (dont les parents avaient eux aussi émigré de Pologne avant-guerre)

    Roman Cieslewicz se veut un manipulateur d’images: « J’essaie de poursuivre mon travail en croyant aux principes de Bosch, Cappiello, Marcel Duchamp, Rodtchenko et d’autres.

    “Une image qui ne choque pas ne vaut rien”
    Marcel Duchamp

    L’inspiration de ces maîtres ne le quittera pas. Tout au long de son oeuvre, Roman Cieslewicz revisitera les peintres classiques et réalisera aussi bien des oeuvres surréalistes que d’inspiration pop art ou constructiviste.

    http://www.pixelcreation.fr

    En 1967, il avait assuré la conception graphique d’un nouveau magazine d’art contemporain Opus International.
    Il a fait des couvertures pour Opus.

    En 1972 (de mémoire) il est professeur à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris.
    La période que je connais le mieux.

    http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/I08057986/roman-cieslewicz-graphiste.fr.html

  16. Cieslewicz m’avait dit: “Je fais des affiches pour des gens qui pissent sur les murs!”
    Je dois avoir quelques numéros de Panique qu’il m’avait envoyés.
    Opus j’ai écrit un papier dedans .
    En 72 , grande rencontre avec… les Grapus! C’est là que ça commence.Mais on est loin du sujet. Un ami, Bernanrd Monsigny, a fait aussi un film sur Roman Cieslewicz .
    Hors-champ on peut en parler.

  17. Roman Cieslewicz a aussi été directeur de Penninghen et il faisait aussi partie de l’Observatoire des prisons ce me semble. Juste avant sa mort en 96 une grande expo lui avait été consacrée à Beaubourg.
    il avait fait une immense affiche sur le handicap mental. Une main d’adulte tenait dans sa main une petite main d’enfant que l’on voyait rouge et qui évoquait la forme d’un petit cerveau. J’emmenais les gens la voir sur les murs…

  18. La 3ème version me plait beaucoup plus! On distingue mieux les courbes du visage.

  19. @ Brigitte … tu as eu de très belles expériences avec lui !!
    et Graphus en plus… tu ne veux pas me parler aussi de Widmer ? 😉

    … l’on va en parler Hors-champ.

  20. Ben merci. Mais en effet ce n’est plus dans le même registre “spectaculaire”.
    Cette 2e version me sert actuellement de carte de visite 😉

  21. Pas facile de suivre ! Dès qu’on a le dos tourné, ça s’agite sur LVEG ! Je viens de lire tout ce qui précède et je voudrais juste faire 2 remarques.
    D’abord, le travail d’Hervé met bien “en lumière” cette vision inquiétante que nous avons eu tous les deux (le “coté obscur” de cette belle femme et notamment le sourire qui devient plus ambigu)que l’on ne retrouve pas dans la version 3 d’ailleurs.
    D’autre part, numérique ou pas, voilà trois photos qui ont au moins le mérite de provoquer la discution ce qui est le but (me semble-t-il) de ce blog. Cependant, je pense qu’il est bon de savoir choisir une photo et je ne pense pas que la discution aurait été moins intéressante dans ce cas-là …

  22. Je n’ai pas fait grand-chose sinon effacer la partie éclairée du visage et éclairci la partie sombre. Pour la photo de Gibson, on voit une jeune femme et l’ombre d’un jeune homme, sur la tienne, toujours une belle jeune femme, mais pour l’ombre, la courbure du front “imaginaire” est différente et il y a ces franges noires. En tout cas, bravo, j’apprends quelque chose avec ton image.

  23. Hervé eh bien j’en apprends avec toi 😉 Où vois-tu l’ombre d’un jeune homme chez Gibson ??
    Jeune homme virtuel dans ses yeux ou dans ton imaginaire ?

    Estienne voilà en effet une belle démonstration de ce que peut être ce site … surprise avec Brigitte, grâce à vos réflexions tordues(je blague !!) 😉

  24. ah ah hervé trop fort !!

  25. Bonjour à tous, j’aime bcp la 1 et la 3. la deux me semble-t-il est en plan trop rapproché (à mon avis tout à fait personnel). il y a bien sur une similarité entre l’image de Gibson et la 1 mais sur le sens de l’image, de mon point de vue elles ne se ressemblent pas. Deux messages bien différents selon moi mais encore une fois, point de vue tout à fait personnel…
    tous ces commentaires sont fort intéressant et permettent de réveiller mon envie de culture photographique alors même que mon index gauche, mon pouce droit et mon oeil droit me démangent…

  26. Trois photographies pour un très long entre-soi…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.