GBertrand

Susan Sontag : "Une photographie passe pour une preuve irrécusable qu'un événement donné s'est bien produit."
10 Commentaires
  1. Surprenant.
    Un petit air de Viridiana ?

  2. Montage inspiré. je me sens un peu happé par la profondeur du noir du bas de la photo. Mais j’imagine bien que les pieds doivent poser problème !

  3. Marcher sur l’eau ou sur la matière noire ne semble LUI poser aucun problème.

  4. Quand la religion s’invite à table, le dessert risque d’être amer Charlie

  5. D’accord avec Gaston Couté quand il parle du Christ en bois:
    (oui, je sais c’est un peu long)

    Bon guieu ! la sal’commune ! … A c’souèr,
    Parsounne a voulu m’ar’cevouér
    Pou’ que j’me gîte et que j’me cache
    Dans la paille, à couté d’ses vaches,
    Et, c’est poure ren qu’ j’ai tiré
    L’cordon d’sounnette à ton curé
    Et qu’j’ai cougné cheu tes déviotes :
    Les cell’s qui berdouill’nt des pat’nôt’es
    Pour aller dans ton Paradis…
    S’ment pas un quignon d’pain rassis
    A m’fourrer en travars d’la goule…
    I’s l’gard’nt pour jiter à leu’s poules ;
    Et, c’est pour çà qu’j’attends v’ni d’main
    Au bas d’toué, su’ l’rabôrd du ch’min,
    En haut du talus, sous l’vent d’bise, .
    Qu’ébranl’ les grands bras d’ta crouéx grise…
    Abrrrr ! … qu’i’ pinc’ fort el’ salaud !
    E j’sens mon nez qui fond en ieau
    Et tous mes memb’ers qui guerdillent,
    Et mon cul g’lé sous mes penilles ;
    Mais, tu t’en fous, toué, qu’i’ fass’ frouéd :
    T’as l’cul, t’as l’coeur, t’as tout en boués !

    Hé l’ Christ ! T’entends-t-y mes boyaux
    Chanter la chanson des moignieaux
    Qui d’mand’nt à picoter queuqu’chose ?
    Hé l’ Christ ! T’entends-t-y que j’te cause
    Et qu’j’te dis qu’j’ai-z-eun’ faim d’voleux ?
    Tell’ment qu’si, par devant nous deux,
    I’ passait queuqu’un su’ la route,
    Pour un méyion coumm’ pour eun’ croùte,
    I’ m’ sembl’ que j’f’rais un mauvais coup ! …
    Tout ça, c’est ben, mais c’est point tout ;
    Après, ça s’rait en Cour d’assises
    Que j’te r’trouv’rais ; et, quoué que j’dise
    Les idée’s qu’ça dounne et l’effet
    Qu’ça produit d’ pas avouer bouffé,
    Les jug’s i’s vourin ren entend’e,
    Car c’est des gâs qui sont pas tend’es
    Pour les ceuss’ qu’a pas d’ position ;
    l’s n’me rat’rin pas, les cochons !
    Et tu s’rais pus cochon qu’mes juges,
    Toué qui m’v’oués vent’ creux et sans r’fuge,
    Tu f’rais pas eun’ démarch’ pour moué :
    T’as l’vent’, t’as l’coeur, t’as tout en bois !

    L’aut’e, el’vrai Christ ! el’bon j’teux d’sôrts
    Qu’était si bon qu’il en est mort,
    M’trouvant guerdillant à c’tte place,
    M’aurait dit : ” Couch’ su’ma paillasse ! … ”
    Et, m’voyant coumm’ça querver d’faim,
    l’m’aurait dit : ” Coup’-toué du pain !
    Gn’en a du tout frés dans ma huche,
    Pendant que j’vas t’tirer eun’cruche
    De vin nouvieau à mon poinson ;
    T’as drouét coumm’ tout l’monde au gueul’ton
    Pisque l’souleil fait pour tout l’monde
    V’ni du grain d’blé la mouésson blonde
    Et la vendange des sâs tortus… ”
    Si, condamné, i’ m’avait vu,
    Il aurait dit aux jug’s : ” Mes fréres,
    Qu’il y fout’ don’ la premier’ pierre
    C’ti d’vous qui n’a jamais fauté ! … ”
    Mais, toué qu’les curés ont planté
    Et qui trôn’ cheu les gens d’justice,
    T’es ren ! …, qu’un mann’ quin au sarvice
    Des rich’s qui t’mett’nt au coin d’leu’s biens
    Pour fair’ peur aux moignieaux du ch’min
    Que j’soumm’s… Et, pour ça, qu’la bis’ grande
    T’foute à bas… Christ ed’ contrebande,
    Christ ed’l’Eglis ! Christ ed’ la Loué,
    Qu’as tout, d’partout, qu’as tout en boués ! …

    Gaston Coûté 1880 – 1911

  6. Une femme en homme
    Un christ au corps empaillé
    Un angelot diaboliquement tentateur
    Ça frise le blasphématoire,comme dirait Audiard
    Ne soyez pas étonnés du prochain post: une photo d’un cocktail russe 😉

    Sinon, elle fonctionne plutôt bien !

  7. Le poème de Gaston Couté s’écoute aussi dans le premier album (Premiers pas) de Bernard Lavilliers en 1968.

  8. Là , c’est franchement surréaliste (cela a un sens qu’il ne faut pas galvauder) 😉
    Revoir Marcel Duchamp et Salvador Dali (par exemple) !
    Ce n’est pas exclusif…

  9. J’avais raté celle-là…. Il aurait pas un côté Henri II ou Henri III (celui de la Poule-au-Pot!)?…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.