4 Commentaires
  1. hehe, intriguant! on se demande ce qui s’est passé là? ça laisse libre cours à l’imagination, j’aime beaucoup!

  2. Oh de l’imagination,la neige est difficile à photographiée de plus le soir, alors qu’il est passsé par ici ou par la.

  3. Fantastique ! Tout simplement ! Comme un hommage aux grands photographes du passe (je voie Kertesz et Stieglitz entre autres…) ! J’aime la photographie de nuit, de la neige (sujet delicat), et des arbres. Je suis toujours emerveille par la photographie, comme invention presque miraculeuse, et le noir et blanc me transporte comme aucune ou peu de photos en couleur ne savent le faire. Aussi votre oeuvre me comble-t-elle a plusieurs egards. Je suis delicieusement trouble(accent aigu) par l’empreinte des pas : qui, ou(accent grave), pourquoi et quand ? Une veritable invitation au voyage qui m’evoque l’atmosphere des films d’Andre Delvaux et son sens du merveilleux… Et devant quel mur invisible a-t-on fait demi-tour ? Ces traces et cette frontiere apparemment infranchissable revelent qu’ici regnent en silence la magie, la poesie, la beaute, l’Art enfin !

  4. David, votre oeuvre intitulee Neige m’enchante car elle est un veritable hommage aux grands photographes du passe : je voie Kertesz, Steichen… L’ambiance evoque les films de Delvaux : ces pas semblent avoir fait demi-tour devant quelque chose mais quoi ? Qui… et pourquoi ? C’est un brin magique, mysterieux, onirique, vaguement inquietant et rappelle l’atmosphere des toiles de Chirico. Sur le plan formel, c’est parfait (je parle pour moi) et quant a la lumiere, aux arbres, a la neige et finalement aux empreintes, elles temoignent que regnent ici une poesie certaine, une indubitable beaute, un questionnement sans espoir de reponse, l’Art enfin…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.