.
Milan 2010.




Yvap

Musicien, barbu grisonnant, ça s'impose ici ! 😉 Parisien, me remet à la photo après 30 ans de pause. Pour les fanas de technique : Argentique Minolta SRT-101, XGM. X300s, actuellement XD7 et XD5. 21, 28, 35, 58, 100, 200 mm. Actuellement 24, 45, 85 mm. Scan des négatifs, puis traitement avec CS2. mail : cl.pavy"AT"yvap.net
2 Commentaires
  1. Ce cheval semble être un habitué du rasoir d’Occam, si j’en crois sa crinière !
    😉

  2. Bien vu, belle image.
    Je ne sais pas pourquoi, mais cela me rappelle :

    “Le petit cheval dans le mauvais temps
    Qu’il avait donc du courage !
    C’était un petit cheval blanc
    Tous derrière, tous derrière !
    C’était un petit cheval blanc
    Tous derrière et lui devant

    Il n’y avait jamais de beau temps
    Dans ce pauvre paysage
    Il n’y avait jamais de printemps
    Ni derrière, ni derrière !
    Il n’y avait jamais de printemps
    Ni derrière ni devant

    Mais toujours il était content
    Menant les gars du village
    A travers la pluie noire des champs
    Tous derrière, tous derrière !
    A travers la pluie noire des champs
    Tous derrière et lui devant

    Sa voiture allait poursuivant
    Sa belle petite queue sauvage
    C’est alors qu’il était content
    Eux derrière, eux derrière !
    C’est alors qu’il était content
    Eux derrière et lui devant

    Mais un jour, dans le mauvais temps
    Un jour qu’il était si sage
    Il est mort par un éclair blanc
    Tous derrière, tous derrière !
    Il est mort par un éclair blanc
    Tous derrière et lui devant

    Il est mort sans voir le beau temps
    Qu’il avait donc du courage !
    Il est mort sans voir le printemps
    Ni derrière, ni derrière !
    Il est mort sans voir le printemps
    Ni derrière ni devant”

    Paroles: poème de Paul Fort. Musique: Georges Brassens 1952

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.