1984, (de la bastille vers le ) Trocadéro




hervé

Le réel émeut
12 Commentaires
  1. Je suppose que ce titre existait déjà en 1986.
    Je signale que j’ai une série de plus de cent photos intitulée “Derrière la vitre”,
    dont plusieurs dont plusieurs ont été vues ici…

  2. Il faut lire “dont plusieurs ont été vues ici” 😉

  3. Une chose me surprend dans le choix des photographies que vous proposez et notamment : pourquoi cette distance dans le temps alors que, de toute évidence, vous m’avez démontré en avoir faites jusqu’à samedi dernier !
    🙂

  4. @Irène: Le titre « Derrière la vitre » est relativement banal, a posteriori je n’ai pas réussi à faire une recherche sur les titres antérieurs (help?) et éviter un doublon, par contre la recherche semble possible sur les commentaires. Cette série pourrait se nommer plus précisément « Derrière la fenêtre” , il existe avec intention un châssis parfois visible. 🙂

  5. Hervé, c’est vrai, titre assez banal, et notre démarche, essentiellement différente, mais je pense qu’en l’occurrence, il s’agit plutôt de “Au travers de la vitre”
    Voici, le lien ci-dessous, elle date du 8 juin 2010 et les autres comme “Territoire occupé” et “Méchant chien” font également partie de la série…

    https://www.lavieengris.com/?p=19581

  6. Irène, je suis d’accord : “au travers ” ou “à travers ” évoque plus une ouverture vers le sujet (divergence) et “derrière ” plus une focalisation vers le sujet (convergence), ceci étant une interprétation personnelle. J’adopte donc “à travers la vitre ” si les droits d’auteurs ne sont pas prohibitifs.

  7. J’aime “Territoire occupé…” pour la qualité du rendu photographique (comme le plus souvent dans ton travail), mais celle-ci pourrait s’intituler “au travers de la vitre” pour la multitude des mondes qu’elle laisse imaginer.

  8. Alain-Michel, merci de vous préoccuper de ma santé (photographique), je suis encore apte à appuyer sur un déclencheur. 😉
    Mais c’est injuste la première photo éditée sur LVEG date de 2008 (Silhouettes).
    Votre question me plonge dans les “affres ” de l’analyse de nos choix :
    Quel regard avons-nous de nous même et que voulons-nous en révéler ?
    Il s’agit de films argentiques n&b que je traite plus facilement ?
    Il me faut ce délai pour valider une photo ? Mais LVEG me soigne !
    Pourquoi pas une introspection chronologique ?
    Les photos de samedi dernier sont une gymnastique esthétique, rien de plus à mes yeux, je voulais simplement revoir le pont et les bâtiments bordant le canal (quelle déception que cette nouvelle construction) et je suis tombé sur une annexe de “Paris plages ” à une heure d’averse intense. Merci vos commentaires en général et désolé de répondre à celui-ci par quelques pirouettes.

  9. Aucune préoccupation sur votre “santé photographique”, qui paraît plus que bonne : juste l’expression d’une surprise sur ce choix-là et cette date-ci. Me voilà plus amplement informé sur votre souhait de conserver du délai temporel avant de publier, ce qui est aussi une vertu. Comme j’ai plusieurs milliers de clichés argentiques non scannés, je préfère travailler désormais sur le bel instant d’aujourd’hui…
    🙂

  10. Alain-Michel, la date correspond à la démolition de la gare de la bastille et à la construction d’un bâtiment qui n’a pas la légèreté du génie qui domine ce lieu.
    Alors, cette image sans grand génie non plus est un témoignage de protestation et raté puisque la photo par elle-même ne le dit pas.
    Bravo pour le dernier instantané ” Les soldes…” difficile à réaliser avec un matériel aussi paresseux pour faire la mise au point, mais facile à mettre dans sa poche (je le teste depuis une semaine). J’ai du mal a interpréter le titre : il reste du “coke en stock” ? (pas celui d’Hergé).
    Je vous souhaite de bonnes vacances si cela doit être le cas (les miennes seront brèves, hélas)

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.