Autoportrait au long nez.




blagapart

longue histoire...
6 Commentaires
  1. Inimaginable ces petits grains d antimatière déjà ça vous prends la tête.

  2. Drôle et… sophistiqué. L’angoisse de la page blanche? La surimpression de ce mur de pierre a au moins le mérite de nous pousser à nous demander ce qu’elle peut bien signifier dans cet autoportrait.. Pas fan en revanche de ce virage ictérique, ce bec n’est pas celui d’un canari…

  3. Correction de copie… Ceci explique l’afflux de bile! (la pédagogie s’arrête au mur de pierre de leur passivité)
    Mais j’avais envie que ce soit un peu “sale” pour aller avec l’ensemble.

  4. Je m’étais posé la question de l’incrustation également sur le banc.
    Ici, au-delà du réel plaisir que j’avais à regarder cette photo un peu surréaliste, je ne comprenais pas le sens de l’incrustation de ce mur, de cette niche (à gauche de l’épaule) et de ce capharnaüm de “signes”… à l’évidence un message qui allait bien au-delà du jeu esthétique … merci de l’explication.

    Le prof qui se fait “corriger”, cela peut-il apporter une réflexion sur ce qui ressemble à de la passivité ? 😉 😉
    (dixit l’ex élève du fond de classe)

  5. L’abondance de “signes”, c’est l’état habituel de mon bureau.
    Pour la dernière question, se faire “corriger” (mais je ne pense pas que ce soit le terme qui corresponde à l’esprit de ce blog) fait toujours du bien, c’est pour celà que les commentaires sont appréciés…

  6. Les briques ultimes de matière, est-ce votre bureau au CERN ?
    J’enseigne aussi, pour briser le mur de la passivité, j’utilise l’accélérateur de particules “Pour les éparpiller façon puzzle. Moi quand on m’en fait trop, j’correctione plus : j’dynamite, j’disperse, j’ventile !” 😉
    Il y a un coté M.C. Escher que j’apprécie, dommage, le non respect du format,
    plus de 750 pix.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.