( Autoportrait )




Louise Marquise

Louise Markise se déguise, et de fils en aiguilles, tisse une toile mêlée d’autoportraits et de poésie volée. Elle funambule entre le mot et l’image, entre la fantaisie et la nudité, les couleurs et les silences. Jeune adulte ou grande enfant, elle vit depuis cinq ans à Berlin.
37 Commentaires
  1. Très belle photo.j’aime beaucoup . Ce rayon de lumière , trop timide pour une vrais caresse , qui effleure délicatement ce corps en attente…

  2. C’est le premier (pas) qui se fait désirer le plus, et c’est la force de cette image toute d’élégance suggestive

  3. beau, simple, épuré. Engageant et érotique. Chapeau!

  4. Biùtifùl

  5. Je rejoins les commentaires précédents… Très belle image

  6. Quand les ténèbres sont plus attirantes que la lumière… Diabolique guet-apens.

  7. Je la trouve superbe, toute en subtilité dans les ombres, et pour moi les ténèbres sont en effet, depuis longtemps, devenues plus attirantes et ici elles auraient tendance à faire tourner la tête…

  8. C’est vrai qu’il y a de quoi être attiré par le coté obscur de la force… 😉

  9. Superbe !

  10. Justes quelques mots: SUPERBE- MAGIQUE – J’ADORE !…

  11. Merci, vraiment, (beaucoup) !

  12. C est déjà dit … Mais Je la trouve superbe…..
    Bravo 😉

  13. Trés belle image pour les raisons déjà évoquées. Je trouve malgré tout que l’on est un peu loin du modèle.Peut-être qu’un recadrage pour enlever un peu de la zone sombre à gauche tout en conservant le torse, l’escalier, la raie de lumière…

  14. Extra ; la lumière est magnifique, mais ce sont tout de même les coins obscurs qui m’attirent 😉

  15. Que dire après tout ce florilège ?
    Simplement bravo !

  16. Selon l’écran on distingue les jambes… ou pas. Je préfère quand on ne les voit pas. Vos photos portent souvent sur l’auto-portrait, la nudité… et la robe de mariée !?

  17. Superbe image avec une composition originale et pointue. Avec un titre que j’aime beaucoup!

  18. Je la revoie encore et cette fois-ci je suis attiré par le parallèle entre la sensualité du corps et celle du mur de l’escalier qui est presque une seconde peau aussi…

  19. arrivant un peu tard, tout a été dit.
    J’adore cet auto portrait riche d’inventivité et avec une mise en scène ou la lumière joue le premier rôle malgré cette nudité épurée. Ce rayon de lumière parfaitement équilibré nous détaille chaque plan.
    Superbe

  20. D’après les commentaires, vous avez tous atteint le septième c… euh.. la septième marche… 😉

  21. Je “reviens” sur LVEG après quelques mois d’absence et “tombe sur votre image…cet “autoportrait” est tout simplement superbe…

  22. Magnifique.
    Je ne trouve rien d’autre à dire, à part que contrairement à Tristan, je ne retirerait pas un pixel de noir. Bravo.

  23. @Lilo : mais où ai-je dit de retirer du noir ??? Je crois même avoir dit l’inverse 🙂

  24. Je ne suis pas emballé.
    D’accord avec Sylvain, un ample recadrage pour supprimer la masse sombre de gauche!Je trouve la pose un peu rigide pour une situation peu naturelle.
    Je me permets d’autant plus ces remarques après avoir visité votre site qui est vraiment un espace de grâce, de fraîcheur et de spontanéité aérienne. 🙂

  25. Louise si vous êtes sur Paris je vous propose de vous faire un portrait, non que vous n’êtes pas bonne en autoportrait… voir mon intention rapport à ma photo Julie

  26. Loïs tu parles de la masse noire, mais tu n’as peut-être pas vu que l’escalier, la source de lumière est parfaitement centrée et axe le regard, en coupant tu déséquilibre l’intention de la photographe … le titre… six pas vers LA LUMIÈRE (mon avis)

  27. @ Bernard : oui, peut être…enfin peu importe…
    Si je n’avais pas visité le site de Louise je n’aurais pas laissé de commentaire, selon la règle implicite de LVG.
    Si tu vas voir la série “Faites entrer la lumière”, tu y trouveras tout ce qui manque à cette photo ( à mon sens).
    Bien à toi.

  28. Loïs : J’en reviens suite à ton précédent commentaire très incitatif et admiratif… très rafraîchissant comme tu disais, çà vaut le détour, un bon moment de plaisir.

    PS. “..je n’aurais pas laissé de commentaire, selon la règle implicite de LVG” .. ? je ne connais pas cette règle, es-tu sûr ?

  29. Celle avec les jambes me semble plus intéressante que ce buste, on a un rapport plus évident entre cet escalier et le personnage. Certes, l’esthétique est bien là et la situation capte le regard, mais je n’arrive pas à me reconstituer une histoire.

  30. j’opte également pour les jambes!

  31. Si, pas vers la lumière
    où tait-on de l’obscur
    le ventre amer et dur
    pour avancer, la main au vent
    vers l’autre qui se tient devant
    et que l’on ne devine
    que parce qu’on l’imagine
    là-bas, nous attendant ?

    Un pas, vide
    Deux pas sages
    Trois pas pour l’équilibre
    Quatre pour le courage
    Cinq pas pour être un nom de roi
    Six lettres : moi + toi

    Ce visage dans l’ombre, il
    me rappelle ton nombril
    comme j’aimais le voir
    pâleur ourlée de noir
    s’agitant de souffle animal
    quand s’accordait à ton canal
    ma caresse fragile

    Et ses yeux qui s’aiguisent
    me révoquent, marquise
    comme tu prenais à ta guise
    mes deux yeux dans les tiens
    en caressant mon chien
    et murmurant que tout est mort
    au-delà de ce corridor

    (bientôt dans…)
    tiniak – carnÂges © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  32. Un de mes clichés préféré parmi tout ton travail.

  33. Je n’avais pas vu celle-là. Très suggestive et très belle.

  34. Idem Brigitte!

  35. Attente,
    suavité
    et, à la fois,
    gravité…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.