flo g

medecin anesthesiste,qui manque de temps mais sûrement pas de passion pour la photographie,et qui essaie de vaincre sa timidité en ouvrant un photoblog (grâce à R.P)ces jours ci
34 Commentaires
  1. J’aime beaucoup celle ci, flo! Cette silhouette de petit prince en mouvement, dans le mouvement du vent. Pile au milieux de ce décors figé, sorte de chapiteau de lumière. Mais pile entre deux: entre l’ombre et la lumière, avec ce très bel effet nuancé de lumière sur les épaules se dégageant du fond noir, et d’ombre sur les jambes les dessinant sur fond clair… un jeu subtil d’opposition en somme, d’ombre et de lumière, d’immobilité et de mouvement… qui donne à s’en raconter… avec à nouveau cette belle consistance des noirs et des transitions dont tu as le secret. Il y a juste peut être un poil de manque de lisibilité sur les cheveux, qui n’est pas loin de lui faire perdre la tête… et j’aurai aimé voir cette écharpe s’envoler, et porter dans la nuit la lumière qu’elle accroche…

  2. Bien sûr, il y a la “patte flo g” qui fait que quand elle s’affiche, on s’arrête sur l’image. Mais quelques instants plus tard, je ne sais pas vraiment quoi faire de cet homme sans tête et de son cabas-cape, ni statique ni en mouvement. Un peu gratuit à mon goût, même si du gratuit flo g ce n’est jamais vraiment désagréable…

  3. Et c’est curieux, mais il y en a des tas d’autres dans la série (couleur) présentée sur ton photoblog où je trouve le jeu entre le personnage et le décor beaucoup plus convaincant. Et je suis plus attiré par les versions couleur.

  4. Diable, il n’y a pas à dire çà manquait cruellement une photo de Flo et comme à chaque fois, qu’elle photo, toute une séquence à 24i/s !
    Quoi, le souffle de “La Strada” ?
    Superbe j’y reviendrais plus tard 😉

  5. Attiré par l’image, intrigué par les commentaires, je suis allé voir les versions couleur. Et je trouve que sur celles-ci, on ressent mieux cette lumière sortie du noir, qui se promène sur ce décor et ce personnage.
    Et la série mérite d’être parcourue dans son intégralité, avec, à mon avis, quelques images fortes, aux ambiances plus marquées, dont celle que tu présentes ici.

  6. philippe photofloue:
    et bien, ça fait trois fois que tu emploies le terme ” un peu facile” pour parler de mes photos.. la première fois pour la photo de l’échelle contre un mur ( ” d’un point à un autre”)
    La deuxième pour les dyptiques ( que j’ai appelé ici ” la poétique de l’avant opéra”)
    Et enfin celle-ci..
    Je ne comprends pas ce que tu veux me dire philippe, et comme ça se répète, j’aimerais vraiment savoir ce que tu veux dire: Qu’est ce qui est facile pour toi quand tu parles d’une photo ?
    nb: Cet homme – qui est une femme 😉 – n’a ni cabat, ni cape, juste un trench et une grande écharpe plaquée par le vent. Sa tête est sombre, visible pour moi, et je dois dire que si sa tête était totalement invisible, ça ne me gênerait pas dans le contexte – et ses cheveux sont noirs ( pas trouvé de blonde à cette heure de la nuit dans cet endroit désert ..)
    Contente si tu me donnes une réponse 😉
    nb: moi aussi j’ai un faible pour la couleur ici, mais si je n’en convertis pas une de temps en temps .. je ne viendrais plus sur lveg 😉
    Quoi que.. depuis que je la regarde ici, j’aime assez l’idée du n&b pour cette photo

  7. merci solong et bernard 😉

  8. David, merci d’être allé jeter un oeil sur la série, j’avoue que j’ai eu du mal à faire un choix pour lveg

  9. Soliloquer fait perdre la tête ?
    Je ne sais pas si c’est facile, mais cette image me laisse un peu dubitatif, composition, exposition, contraste, d’où vient mon doute ? je ne saurais trop dire.

  10. Bon, c’est que je dois manquer de vocabulaire, si en plus tu prends des notes 😉

    Ce que je veux dire, c’est que tes photos ont de toutes façons une telle touche personnelle qu’elles sortent du lot, et que leur simple palette, leur composition, leur sujet en font un ensemble remarquable. Maintenant qu’on te connait, on devient plus exigeant, et on ne se contente plus de cette touche personnelle, on veut que tes images aillent un peu plus loin, et on sait que tu peux le faire. Quand je n’ai pas ce supplément, je qualifie l’image de “facile” car je sens que tu peux obtenir ce résultat de base assez naturellement, sans forcer, je dirais presque les yeux fermés (on est bien d’accord que c’est l’impression que ça donne, je peux me tromper).

    Celle-ci en particulier présente un ensemble qui retient l’attention, mais je trouve la place du personnage beaucoup plus convaincante dans d’autres images de la série. Ici, il est posé sans que je lui trouve un lien avec le décor ou que je puisse le placer dans l’histoire. Je ne me contente pas de cette silhouette qui par ailleurs a une qualité esthétique certaine, la facilité telle que je l’entends étant ici de se contenter de cette qualité sans le mettre en rapport avec le reste de l’image (en tous cas ça m’échappe).

    Disons que cette image est comme un vin qui séduit à la première gorgée, mais qui n’est pas long en bouche…

    D’autre part, je confirme la pauvreté de mon vocabulaire car une des occurences de “facile” — pour les photos de théatre, si ma mémoire est bonne — était positive : il y a avait dans ces photos une élégance naturelle qui me donnait le sentiment de photos prises sans effort, facilement.

    Je ne veux pas dire non plus que la création doive se faire nécessairement dans la douleur.

    Je ne sais pas si c’est plus clair, mais je vais me plonger dans mon dico pour varier mon discours pour la prochaine 😉

  11. P.S. Et ton noir et blanc, il est quand même bien marron sur ce coup-là.

  12. J’aime beaucoup ce travail épuré baptisé soliloque sur ton blog.
    Chapeau

  13. Sur ton blog ,j’ai eu un coup de cœur pour “soliloque 5”, mais l’on ne va pas en discuter ici puisque ce n’est pas celle-là que tu nous présentes 😉

  14. Maintes fois Flog nous montre son talent.

  15. Je trouve que cette solitude habillée uniquement par un personnage a quelque chose de théâtrale dans le bon sens du mot.
    Un décor nu, une marche vers le néant, un noir et blanc (sépia) bien géré, une uniformité du premier plan, tout cela est bien trouvé.
    Le fait de ne pas voir le visage du personnage augmente encore plus cette solitude.
    Bravo.

  16. Jaly… et maintes fois recommencera.
    elle n’a pas finie de nous caresser la pupille la petite 😉

  17. @ Flo: Je ne suis que très rarement de passage ces derniers temps. Mais je me suis arrêté sur celle-ci. J’avais reconnu ton style. Seul le cadrage, un peu trop centré à mon goût me perturbe un peu. Pour le reste,assez d’accord avec Philippe dans son propos, mais seulement pour ce qui est de l’élégance naturelle telle qu’il la décrit dans ton travail !
    A+

  18. Je confirme, je vois bien la tête et quelques détails de la chevelure sur mon écran.
    Ceci dit, comme je l’ai dit plusieurs fois ici, le format de LVEG s’oppose assez naturellement à la notion de série. Il faut qu’une image tienne le coup toute seule, par elle même, puisque l’on doit “poster des photos bien choisies plutôt qu’une salve d’images d’un coup”. Mais c’est vrai Flo que cette image n’a vraiment de sens qu’insérée dans la série. Et que l’évolution de ton travail s’inscrit presque exclusivement dans cette notion de série à l’inverse de ta production antérieure. Il faut donc aller toujours à la source : sur ton blog personnel…

  19. Aussi d’accord avec philippe | photofloue sur :
    “P.S. Et ton noir et blanc, il est quand même bien marron sur ce coup-là.”

  20. Elle me parle beaucoup cette photo et la petite réticence que j’avais sur la tonalité, pour moi plus verdâtre que marron, s’efface au fil de mes visites.

  21. Pictaris souligne l’essentiel:
    “”cette image n’a vraiment de sens qu’insérée dans la série. …. Il faut donc aller toujours à la source : sur ton blog personnel…””
    C’est vrai pour d’autres photographes qui nous donnent envie d’en savoir plus et d’aller sur leur blog.
    LVG sert aussi à cela.

  22. Pas d’accord avec Pictaris et Monk:
    – flo g a toujours pratiqué par série.
    -LVEG ne s’oppose pas “naturellement” à la notion de série.
    Il suffit d’être patient et de publier régulièrement.
    – une image faible “par “elle même” ne s’intégrera pas dans une série,elle affaiblira la série entière.
    D’accord avec Pictaris et Monk:
    Il faut visiter le blog de flo g! 😉

  23. @bernard Lev que vous faites de jolies phrases.
    Vous faites les Master-class de français?

  24. J’aime bien l’atmosphère que dégage la photo
    dans le cadrage et surtout l’attitude du personnage avec sa dynamique tout en retenu
    Bravo

  25. merci infiniment à tous pour vos commentaires que je lis attentivement.. j’apprends 😉

  26. philippe photofloue: un grand merci pour ta réponse:
    Je ne prends pas de notes.. 😉 , mais j’ai confiance, disons, alors je n’oublie pas.
    Et il et vrai que je mémorise plus volontiers ce qui peut être péjoratif, ou que je sens péjoratif, mais en même temps constructif, et sans que je puisse toujours exactement cerner ce qu’on veut me dire ou plutôt me faire comprendre.
    Là avec ta réponse, je comprends, mais je ne suis pas sûre de trouver un jour “ce petit supplément” indispensable..
    Je voulais te dire aussi que l’idée d’un sentiment de distance entre personnage et décor était important pour moi, mais j’ai l’impression que pour vous, ça ne colle pas 😉
    D’autre part j’ai lu aussi “cadrage trop centré”: je n’ai pas non plus ce sentiment, parce que tout se passe à droite de l’image, la gauche n’étant qu’une plage noire, ce qui pour moi la décentre” visuellement.
    je sais qu’il faut travailler… ça oui, je sais 😉
    un grand merci philippe pour cette réponse détaillée

  27. nb: c’est vrai qu’elle est “marron”.. je pensais trop au sable surement !

  28. Il y a une théatralité dépouillée dans la série et dans sa mise en scène soigneuse (je pense à Koltès/Chéreau) dont une photo isolée, passée qui plus est en n&b, ne peut pas vraiment rendre compte. La série, c’est aussi le temps qui passe, un temps lent, et une solitude affirmée au fil des images et non pas de passage. Et le fait que, même en couleurs, les images n’explorent qu’une palette chromatique très réduite renforce à mon sens l’idée de contrainte et de peu d’échappatoire (alors que, par un jeu paradoxal, le n&b laisse le champ libre à bien d’autres possibles).
    Donc, bravo pour la série sur ton blog… et merci pour la bande-annonce sur LVEG 😉

  29. Poétique et mélancholique: j’aime.

  30. Donc prise au hasard… Que dire… une telle qualité, une telle humanité…

  31. Sublime!

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.