Cour carrée du Louvre, Mars 2010.




Yvap

Musicien, barbu grisonnant, ça s'impose ici ! 😉 Parisien, me remet à la photo après 30 ans de pause. Pour les fanas de technique : Argentique Minolta SRT-101, XGM. X300s, actuellement XD7 et XD5. 21, 28, 35, 58, 100, 200 mm. Actuellement 24, 45, 85 mm. Scan des négatifs, puis traitement avec CS2. mail : cl.pavy"AT"yvap.net
16 Commentaires
  1. J’aime beaucoup cette dichotomie entre un lieu de passage en perpétuel mouvement et cette solitude à travers ce musicien concentré dans sa musique. Très belle image Yvap!

  2. J’aime beaucoup. L’image est parfaitement composée, et le flou et net lui donne tout son intérêt. Bravo !

  3. J’aime beaucoup aussi, l’indifférence du monde qui passe, à part un enfant qui se retourne, et le musicien qui joue néanmoins. Le contraste entre le flou et le net , comme le dit David.

  4. très beau sujet, belle lumière, beau mélange flou-net..

  5. Ce flou de mouvement matérialise bien l’indifférence des passants…excellente composition.Bravo!

  6. L’essentiel a été dit…et encore bravo!

  7. j’ai passé de très longs moments et ai entendu dans ce lieu de passage, des voix magnifiques, des musiciens hors pairs. l’acoustique n’y est pas mauvaise 😉 : un moment que je privilégie à chaque fois que je vais à Paris: j’aime écouter sans contrainte d’un lieu ou de gens: Yvap, toi qui est de ce milieu là: qui sont ces musiciens, des élèves, des professionnels ?
    merci pour cette photo 😉

  8. Merci à tous.

    @ Flo : Je ne sais pas, en tout cas ce jour là ce violoncelliste était très bon !
    Sans aucun doute professionnel ou élève de haut niveau venu répéter, travailler pour lui, il ne faisait absolument pas attention au public de passage, et profiter effectivement de la très bonne acoustique du lieu.

  9. J’adore cette photo avec sa diffuse lumiére et sa vivacité

  10. J’ajouterai que ce qui nous est rapporté me semble le moment et la distance justes. Ni trop avant, ni trop après, ni trop loin, ni trop près. Ce qui, malgré les apparence parfois, n’est pas chose aisée…

  11. Une photo bien mise en musique.

  12. Yvap, il fallait bien que quelqu’un te taquine sur l’alcôve amputée de sa voûte (n’est ce pas un peu comme l’écrire sans l’accent circonflexe?…)… , et peut être aussi un petit manque de netteté sur le violoncelliste, dans ce flou et net très à propos?… ma première impression (qui demeure) fut cependant celle très bien exprimée par Nicolas… j’aime beaucoup…

  13. Hi hi ! Ce n’est pas une photo d’architecture … 😉
    Et puis pour jouer, faut bouger ! J’allais pas lui demander de garder la pose !
    Si ? 🙂

  14. bien sur Yvap! je m’interrogeais plutôt sur l’Âcoustique, la mise en musique… est-ce qu’un peu plus de hauteur ne donnerait pas plus d’ampleur à cette suite de Bach? n’isolerait pas plus l’instrumentiste du monde des passants…? (je ne sais pas..) 😉
    et puis concernant la netteté, j’aime bien le flou de bouger sur les mains et l’archet. ça renvoie à une autre impression possible(que celle de l’indifférence) : celle que l’instrumentiste mène la danse des passants, un truc comme ça…
    Je sais la belle élégance des violoncellistes, l’ampleur des mouvements autour de l’instrument et du tronc qui sont eux plutôt peu mobiles. c’est là que je voyais un petit manque de netteté, trois fois rien, pour chipoter…Ce n’est pas non plus Iggy Pop on stage!
    Si? 🙂

  15. C’est à l’entrée Sud ou Ouest ? 😉
    Hormis le vent qui peut s’engouffrer dans ces passages, on comprend que ce soit des endroits idéaux pour répéter en (grand) public et glaner quelques pièces…
    Et pour de la musique moins classique, il y a l’entrée de la passerelle Léopold Senghor, côté Tuileries.

  16. C’est l’entrée Sud, face à la passerelle des Arts.

    @ Solong : Si on veut vraiment chipoter, tout est légèrement flou. En cause la vitesse lente choisie (~15ème/~30ème) pour avoir le flou des passants, et pas de stabilisateur sur mon vieux boitier argentique !
    Ça tombe bien, je déteste l’hyper-netteté ! 😉

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.