10 Commentaires
  1. A mon humble avis, le sentiment qui t’as motivé pour prendre cet photo ne nous atteint pas assez, il faut le mettre en scéne: accentuer un objet qui signifira le passé ou autre chose…Mais il y a de l’idée et le tirage est bon.

  2. la lumière est belle, les gris bien peaufinés.. mais.. mais .. mais, le cadrage ne me parait pas idéal même si on comprend bien ton intention: un carré en partant de la droite ? le portrait serait un peu centré, mais c’est le sujet, non ?

  3. Le sujet ce trouve au milieu de la photo avec le marteau et la faucille…
    un grand pere russe peut etre ? (mdr…)

  4. La composition n’est en effet pas parfaite, mais j’aime bien ce qui se dégage de cette photo.
    Ca me rappelle la BD de Larcenet “le combat ordinaire”. J’espère que ce ne sont pas dans des circonstances comparables qu’ont été faites ces images !

  5. Beau traitement!, c’est un garage musée, pour cette pdv frontale, le format suggéré par flo parait plus adapté au style de l’image!.

  6. Je demande à voir avec le format carré…la comparaison sera intéressante 😉

  7. Un joli côté naturel, j’aime beaucoup.

  8. merci a tous, je me rends compte maintenant pour le cadrage, en effet en carré ça envoie mais c’est vrai aussi que le clin d’œil coco du marteau était le sujet en fait. la photo est brute de fonderie, ça me plaisait bien aussi comme ça,
    vincent

  9. Belle lumière, beau traitement, et pourtant je n’arrive pas à accrocher … et apparemment tout le monde trouve qu’il y a quelque chose qui cloche.
    Je ne pense pas que ce soit le cadrage comme certains, pour moi c’est autre chose de plus fondamental.
    Il s’agit du sujet : De vieux objets assez disparates, n’ayant d’ailleurs pas grand chose à voir avec un garage, ce serait plutôt un grenier ou un débarras, mais sans l’atmosphère (pénombre, poussière, etc …) typique de ces endroits qui donnent toute l’épaisseur de vécu aux objets.
    Ici on a une présentation digne d’un brocanteur ou d’un musée : objets bien propres (trop !), bien rangés sur leurs étagères, bref manifestement “sur présentoirs”, rien à voir avec le joyeux fouillis chaleureux d’un endroit réellement utilisé pour travailler ou bricoler.
    En somme du “faux vieux”, car vide d’authentique passé vécu. C’est cette contradiction qui nous retient.

  10. Remarques intéressantes sur le “faux vieux”. Avec le temps les faux vieux deviennent finalement des vrais, et cette image illustre plutôt bien l’histoire des nombreuses personnes de cette génération, n’ayant jamais totalement abandonné leurs racines rurales, et qui se retrouvent par la force des choses dans un pavillon avalé par la banlieue qui croît inexorablement. C’est en tous cas une image qui raconte une histoire (celle que chacun se fabrique, bien-entendu 😉 )

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.