Chaque année, les habitants sont obligés de refaire une grande partie des murs, emportés par les pluies.  Dès quatre heures du matin, les enfants vont chercher la boue dans le fleuve Niger qui sera mélangée à de la paille et de la bouse de vache. Ensuite, ce sera la course contre la montre pour avoir terminé le crépissage avant onze heures. Après, il fait trop chaud. Mais le résultat est là et cette architecture est splendide. 

Canon 20d 17/85 – f 6.3 – 1/200 – 20mm




gLaurent

Passionné de photographie, noir et blanc mais aussi couleur, selon l'humeur. J'arpente Paris, comme tant d'autres avant et j'espère après moi.
2 Commentaires
  1. invitation au voyage

  2. Quelle invitation à découvrir la totalité de ce lieu.
    Simplement, ce bout, donné à voir, avec quelle intensité, m’interpelle …

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.